Lorsqu'il s'est lancé dans la création de Rogervoice, une application gratuite qui retranscrit les appels téléphoniques en temps réel pendant que vous parlez, Olivier Jeannel avait une règle très importante : "Il fallait que ce soit cool. J'en avais assez que la technologie du handicap ait l'air si médicale. Les lunettes de vue sont fabriquées par des designers talentueux ; je voulais qu'il en soit de même pour les applications destinées aux personnes handicapées".

Rogervoice est définitivement cool. L'application, qu'Olivier a créée avec son co-créateur Bastien Le Rest, peut maintenant transcrire dans plus de 125 langues ; avec 50 000 personnes qui ont en moyenne six lentilles chacune, elle s'agrandit de jour en jour.

"Les gens ne sont pas encore habitués à l'idée que le sous-titrage est désormais possible pour les appels téléphoniques", déclare Jeannel. "Mon ambition est d'arriver au point où le citoyen moyen ne sera pas plus surpris par les sous-titres au téléphone que par les sous-titres à la télévision."

Pour que Rogervoice soit un succès, le fondateur Olivier Jeannel savait que l'application devait "fonctionner instantanément, n'importe où."
Apple a rencontré Olivier pour discuter du changement des perceptions et du "mur d'amour" de son entreprise.

Voici l'interview traduite pour vous : 

Qu'est-ce qui vous a inspiré la création de Rogervoice ?
En 2011, un ami m'a montré comment il utilisait Siri pour dicter une note. Cela m'a fait réfléchir : "Si les smartphones deviennent omniprésents, et qu'ils sont tous livrés avec des assistants vocaux... bien sûr !". Mais il ne s'agissait pas simplement de sous-titrer les appels - il s'agissait de le faire avec les obstacles les plus bas possibles. Le système devait fonctionner instantanément, en tout lieu. Il devait aussi être abordable, voire gratuit - car pourquoi les personnes sourdes et malentendantes devraient-elles payer plus que les autres ?

Comment Rogervoice s'est-il développé ?
Lentement ! Il faut du temps pour que les perceptions changent : Il m'a fallu un an pour m'habituer à téléphoner avec Rogervoice, et je l'ai créé ! Mon entourage n'avait pas non plus l'habitude de m'appeler, surtout après des années où je leur disais : "Envoyez-moi un SMS ou un e-mail !". Aujourd'hui, plus de 4 millions de minutes d'appels ont été enregistrées avec l'application.

Quel est le plus grand défi que vous ayez eu à relever ?
Trouver le moyen de délivrer la parole en texte à une vitesse fulgurante. Et nous devions réduire les frictions avec l'utilisateur - nous voulions que les gens ne fassent rien d'autre que passer un appel téléphonique normal. Nous avons résolu ces deux problèmes en développant notre propre technologie et en nous concentrant sur la conception de l'interface utilisateur.

Quelles sont les prochaines étapes de l'application ?
Nous travaillons à la détection de différentes émotions dans les voix et à leur affichage à l'écran par le biais d'emoji. Lorsque quelqu'un dit "Je vais bien" avec une voix triste ou dédaigneuse, ce n'est pas la même chose que lorsque quelqu'un dit "Je vais bien" avec un ton enthousiaste.

Quel est le commentaire le plus significatif que vous ayez reçu ?
Nous avons un #walloflove sur notre Slack d'entreprise avec les commentaires des utilisateurs, et il est alimenté presque quotidiennement. Nous avons des utilisateurs qui dépendent de Rogervoice pour leur travail : infirmières, praticiens, propriétaires de magasins, restaurateurs. Une personne en Afrique du Sud appelle régulièrement sa femme ; un petit-fils à Mexico l'a installé sur l'iPhone de son abuelo [grand-père]. C'est le quotidien qui fait la différence. Composer le numéro de la pizzeria locale ou appeler sa mère est une chose qui peut désormais être considérée comme allant de soi - et c'est pour nous la vraie joie et la vraie mesure du succès.